Un « sonnet » d’Yves Bonnefoy

12 novembre 2010
By Annie Mavrakis

Pour le plaisir de retrouver l’auteur des sublimes Planches courbes, ce sonnet extrait de Raturer outre qui vient de paraître chez Galilée : 

Une photographie

Quelle misère, cette photographie!
Une couleur grossière défigure
Cette bouche, ces yeux. Moquer la vie
Par la couleur, c’était alors l’usage.

Mais j’ai connu celui dont on a pris
Dans ces rets le visage. Je crois le voir
Descendre dans la barque. Avec déjà
L’obole dans sa main, comme quand on meurt.

Qu’un vent se lève dans l’image, que sa pluie
La détrempe, l’efface! Que se découvrent
Sous la couleur les marches ruisselantes!

Qui fut-il? Qu’aura-t-il espéré? Je n’entends
Que son pas qui se risque dans la nuit,
Gauchement, vers en bas, sans main qui aide.

(paru dans Le Monde des livres du 12/11)

Une magnifique photographie de Bonnefoy accompagne l’article qui lui est consacré.
Je reviendrai prochainement sur Raturer outre. A suivre donc.

Tags: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

LA FIGURE DU MONDE

    4e de couverture
Le sort de la peinture importe depuis toujours aux écrivains, qui n’ont jamais interrompu leur dialogue avec les tableaux. L’oeuvre des plus grands d’entre eux, de Diderot, de Balzac, de Zola ou de Proust, en témoigne parmi d’autres.
Mais depuis le XIXe siècle ce dialogue est devenu problématique car la fiction et la représentation, qui définissaient pour la littérature et la peinture un espace d’échange et de partage, ont été progressivement évacuées des arts plastiques...

En savoir plus

Commander chez l'éditeur