Pierre Michon : parution d’un Cahier de l’Herne et de « TablĂ©e » suivi de « FraternitĂ© » (Carnet de l’Herne)

14 octobre 2017
By Annie Mavrakis

Suite de l’actualitĂ© de Michon (parution le 2 novembre)

Pierre Michon - Tablée.

Tablée

Deux tableaux d’Édouard Manet, tous deux de l’année 1878, s’intéressent au même sujet sous des titres voisins. Au café est une pièce maîtresse de la Collection Oskar Reinhart du Musée de Winterthour, dans le canton de Zürich ; Coin de café-concert compte parmi les belles toiles de la National Gallery de Londres. En 2005, une exposition du Musée de Winterthour — « Manet retrouve Manet » — réunit les deux tableaux, retrouvant ainsi la grande composition prévue à l’origine par le peintre en 1877 et intitulée Reichshoffen, du nom d’un café-concert parisien de Montmartre. À l’occasion de cette réunion historique, Pierre Michon fut sollicité pour écrire un texte. Tablée, aussitôt traduit en langue allemande, accompagna l’exposition de Winterthour. Il paraît ici pour la première fois en France.

Fraternité

C’est en 1992 que Pierre Michon forme le projet d’écrire un texte sur le peintre JacquesLouis David. Il compte ainsi marquer le bicentenaire de 1793 comme l’avait été par les pouvoirs en place, et avec quel éclat, celui de 1789. Assez vite cependant, semble-t-il, ce projet est abandonné. David est certes un grand peintre, contemporain et acteur de cette épopée révolutionnaire qui requiert si fort Michon, et notamment de son acmé de sauvagerie tragique — Thermidor — mais au peintre néo-classique il manque à ses yeux cette étincelle de génie qu’eût requise l’ampleur d’un tel événement. Il restait donc à susciter ce Goya français mâtiné de Tiepolo que ne saurait être le trop pusillanime David et que sera très exactement François- Élie Corentin à qui il advint de peindre Les Onze : le récit de Michon est né de ce projet abandonné et nous pouvons lire l’ébauche de Fraternité comme la matrice ou l’avant-texte des Onze

Cahier dirigé par Agnès Castiglione et Dominique Viart avec la collaboration de Philippe Artières Couverture : © Jean-Luc Bertini

CONTRIBUTEURS : Philippe Artières /Jean-Christophe Bailly /Jean-Louis Bailly /Pierre Bergounioux /François Berquin /Philippe Berthier/ Jean-Luc Bertini /Bruno Blanckeman /Gérard Bobillier /Patrick Boucheron /Agnès Castiglione /Pietro Citati /Jean-Christophe Cochard /Pierre Cormary /Henri Cueco /Laurent Demanze /François-Henri Désérable /Élizabeth Deshays /Patrick Deville /Jean Echenoz/ Johan Faerber /Ivan Farron /Jesús Ferrero /Dominique de Font-Réaulx /Bruno Frappat /Christian Garcin /Guy Goffette /Jean-Paul Goux/ Jean Harambat /Jean-Baptiste Harang /François Hartog /Jacques Henric /Bertrand Hirsch /Julia Holter /Laurent Jenny /Christian Jouhaud/ Patrick Kéchichian /Maylis de Kerangal /Denis Labouret /Marie-Hélène Lafon /Didier Laroque /Claudio Magris /Catherine Martin-Zay /Annie Mavrakis /Ricardo Menéndez Salmon /Richard Millet /Henri Mitterand /Marie José Mondzain /Martin Moulin /Maurice Nadeau/ Jacques Neefs /Pierre Pachet /Alain Paire /Thomas Pavel /Paule Petitier /Jean-Claude Pinson /Denis Podalydès /Yann Potin /Claude Prévost/ Hugues Pradier /Dominique Rabaté /Jacques Réda /Mathieu Riboulet /Jean-Pierre Richard /Olivier Rolin /Tiphaine Samoyault /Jean-Louis Tissier /Diego Valverde Villena /Philippe Verdin /Dominique Viart /Bernard Wallet

ENTRETIENS DE PIERRE MICHON AVEC : Marianne Alphant /Thierry Bayle /Pierre-Marc de Biasi /Jean-Marc Huitorel /Oriane Jeancourt Galignani /Jean-Christophe Millois /Daniel Nadaud /Xavier Person

CORRESPONDANCES : Louis-René des Forêts Viviane Morel-Izambard J.-B. Pontalis Jean-Pierre Richard Christiane Rochefort

TEXTES DE PIERRE MICHON :
Comment j’ai écrit certains de mes livres : Vies minuscules
Une sorte de réel
Jean Valjean, le forçat évadé
Hurry up, boys !
Un aérolithe à la tête
Antonin Artaud : intolérable et beau
Les textes inerrants
Pithécanthrope
Relation heureuse
Nos choix sont plus nous que nous
L’autobiographie du genre humain
Irlande
Comment j’ai écrit certains de mes livres : Rimbaud le fils
C’était l’époque où Chose inventait le mot zut
Fils de Rimbaud
Comment j’ai écrit certains de mes livres : La Grande Beune
Le Grand Esturgeon
La foudre et le canon
Je suis Pozzo
Noms de lieux, lieux-dits
Il y a du Sade dans Michelet
Comment j’ai écrit certains de mes livres : Les Onze
Ă€ quoi pensez-vous ?

TEXTES INÉDITS DE PIERRE MICHON :
Vie d’Élie Mougnaud
Bravoure d’Antonin Artaud
Les Grands Dieux
Finale de Vie de Joseph Roulin
Puymèges
Lettre à Alain Borer sur Frédéric Rimbaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

LA FIGURE DU MONDE

    4e de couverture
Le sort de la peinture importe depuis toujours aux écrivains, qui n’ont jamais interrompu leur dialogue avec les tableaux. L’oeuvre des plus grands d’entre eux, de Diderot, de Balzac, de Zola ou de Proust, en témoigne parmi d’autres.
Mais depuis le XIXe siècle ce dialogue est devenu problématique car la fiction et la représentation, qui définissaient pour la littérature et la peinture un espace d’échange et de partage, ont été progressivement évacuées des arts plastiques...

En savoir plus

Commander chez l'Ă©diteur