Vies minuscules, majesté du vivant (entretien avec Boucheron)

Parlant de la vitalité perdue des écrivains (« Nous faisons de l’art pour l’art interminablement »), Michon cite Artaud : « Nous nous attardons artistiquement ment sur des formes au lieu d’être comme des damnés que l’on brûle et qui font des gestes sur leur bûcher. » (Le Théâtre et son double) ainsi que Nizan mais aussi Ginsberg ou Jack London.

EN ATTENDANT les prochains livres :

1) Un roman de 300 p., « image inversée des Vies minuscules« , dont le narrateur, annonce Michon, a beaucoup écrit, contrairement à celui , en devenir, de Vies minuscules.

2) la suite de La grande Beune

Et pour les rimbaldiens : la lecture par Michon du merveilleux Dévotion.

About Annie Mavrakis

Agrégée de lettres et docteur en esthétique, Annie Mavrakis a publié de nombreux articles ainsi que deux livres : L'atelier Michon (PUV, février 2019) et La Figure du monde. Pour une histoire commune de la littérature et de la peinture (2008).

View all posts by Annie Mavrakis →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *