Autres publications

ARTICLES ET COMMUNICATIONS

EN RAPPORT AVEC LA THESE (Judith et Salomé, une gémellité paradoxale)

« Judith ou Salomé? », L’Ecrit-Voir, n°9 (1987)
« Judith à la rencontre de Salomé », Storia dell’arte, n° 71 (1991)

PEINTURE ET LITTERATURE

SUR DIDEROT, HOFFMANN, BALZAC, FROMENTIN,  ZOLA, WILDE, MIRBEAU, PROUST, BUTOR/DELVAUX, BACON/ELIOT

« Les leçons de la peinture, Proust et l’ut pictura poesis« , Poétique, n° 94 (1993)
« Décrire l’invisible » (sur Dominique de Fromentin), Poétique, n° 100 (1994)
« Le Roman du Peintre » Poétique, n° 111 (1998)
« Un rêve de Michel Butor » Poétique, n° 139 (2004)
« Ce n’est pas de la poésie, ce n’est que de la peinture » (Diderot aux prises avec l’ut pictura poesis), Poétique n°153 (2008)
« Francis Bacon un moderne intempestif », communication au colloque de la SAIT sur « L’art intempestif« , les 9 et 10 septembre 2010, parution 2017 dans la revue Polysèmes http://polysemes.revues.org/1881

sur Pierre Michon

« Corentin le fils, le sixième peintre de Pierre Michon »,  Dalhousie French Studies n°87 (2009)  ou sur le site des éditions Verdier à la page des Onze.
« Devant le tableau, une lecture des  Onze de Pierre Michon », Poétique n°161 (janvier 2010)
« Relire Les Dieux ont soif à la lumière des Onze » La vie littéraire (mai 2010)
« Au feu les reliques », Cahiers de l’Herne, 2017, à paraître.

AUTRES
« C’est tout un, description et hétérogénéité », in Le Descriptif, revue Recto-Verso (2011 ) http://revuerectoverso.com/IMG/pdf/Mavrakis_pour_PDF-2.pdf

« La double appartenance de la peinture » (22 mai 2012) conférence Association Psychanalytique de France parue dans Documents et débats n°83 (février 2013, pp 116-123)
« L’origine est une Troie qui brûle » in Libres Cahiers pour la psychanalyse, n°27 (En deçà des mots), printemps 2013.
« Je cherchais un nom à la voile désirée » in Libres Cahiers pour la psychanalyse, n°28 (Une inquiétude mortelle L’Hypocondrie), automne 2013

Comments are closed.

LA FIGURE DU MONDE

    4e de couverture
Le sort de la peinture importe depuis toujours aux écrivains, qui n’ont jamais interrompu leur dialogue avec les tableaux. L’oeuvre des plus grands d’entre eux, de Diderot, de Balzac, de Zola ou de Proust, en témoigne parmi d’autres.
Mais depuis le XIXe siècle ce dialogue est devenu problématique car la fiction et la représentation, qui définissaient pour la littérature et la peinture un espace d’échange et de partage, ont été progressivement évacuées des arts plastiques...

En savoir plus

Commander chez l'éditeur