Mal lire “Les Onze” de Pierre Michon

29 avril 2009
Par Annie Mavrakis

Je lis avec stupeur, dans Le Monde des livres daté du 24 avril 2009, l’article de Cécile Guilbert sur Les Onze de Pierre Michon. Pourquoi confier la recension d’un livre aussi important à quelqu’un pour qui c’est à l’évidence un pensum et qui manifeste d’emblée du ressentiment à l’égard de son auteur ? Le journal serait-il à court de rédacteurs? « L’enjeu de la critique consiste surtout, ose déclarer Cécile Guilbert, à comprendre un écrivain ». Et elle s’emploie à nous montrer comme elle « comprend » Michon, après avoir bien établi : 1) que son œuvre ne relève pas du « grand art », dont selon elle la « condition de récuser toute emprise généalogique (le roman sexuel, villageois, c’est-à-dire communautaire, donc mortuaire) ». On cherche en vain à quoi correspondent...
Lire la suite »

Le Songe de Poliphile et nous

25 mars 2009
Par Annie Mavrakis

Pour Olivier Le Songe de Poliphile nous a fait signe de loin, nous a adressé des avances répétées, par textes et par personnes interposées qui, pas à pas, nous ont rapprochés de lui. Peut-être nous a-t-il choisis parce que nous ne sommes pas pressés, que notre envie a pu prendre le temps de mûrir, de s’entêter, et ainsi de gagner d’autres complices. Ces intermédiaires font maintenant partie intégrante de l’histoire de la pièce, ce sont : L’Ethnologue, ton frère cadet, qui le premier t’a parlé du Songe mais n’a retrouvé dans ses cartons que le Franciscus Columna de Charles Nodier, inaugurant la série de hasards qui apparaît désormais comme la nécessité même de notre travail. Ce récit d’un bibliophile intéressé par l’incunable d’Aldo Manuzio plus...
Lire la suite »

Oser rêver

20 mars 2009
Par Annie Mavrakis

L’Hypnerotomachia Poliphili n’est pas qu’un traité ésotérique, un bel objet rare. Œuvre d’un collectionneur de motifs et de langages menacés de disparition, voici ce qu’il nous fait comprendre, à nous qui vivons dans un monde aphasique et privé de formes : penser le présent exige de s’en dégager, de le mettre à distance. C’est ce que tenta l’auteur de l’Hypnérotomachie, comme d’autres humanistes, en prenant appui sur l’antiquité. Son magnifique livre, chef-d’œuvre de typographie, l’un des premiers à être orné de gravures, fait acte de résistance en protestant contre une réalité barbare à laquelle il oppose certes des mots mais aussi des voix, des corps, de l’espace, des images : un Théâtre. Cette protestation a ceci d’exaltant qu’elle ne s’exprime pas seulement par le refus...
Lire la suite »

« Le Réveil de Poliphile » (résumé)

13 mars 2009
Par Annie Mavrakis

Prologue 1. Trévise vers 1830. Sous l’œil intéressé de Vénus et Cupidon, un libraire négocie avec un client la vente de l’Hypnerotomachia Poliphili, un incunable du XVe siècle. Spécialiste de l’ouvrage, le client fait sur les circonstances de l’édition et sur l’auteur, Francesco Colonna, des révélations qui suscitent les commentaires ironiques de Vénus et de Cupidon. Prologue 2. La salle de repos d’un hôpital, au milieu de la nuit. Une infirmière (Vénus) est occupée à imprimer la version numérisée de l’Hypnerotomachia Poliphili. Des feuillets s’entassent à côté d’elle provoquant la curiosité d’une aide-soignante et d’un infirmier stagiaire (Cupidon) qui joue aux fléchettes. Celui-ci remarque une gravure représentant une jeune fille qui tire par les pieds un corps inanimé et tous s’interrogent sur sa signification....
Lire la suite »

Ouverture à deux voix

13 mars 2009
Par Annie Mavrakis

- Une forêt qui devient de plus en plus dense et désespérante au fur et à mesure qu’on s’y enfonce, telle la « selva oscura » de Dante, c’est ainsi que L’Hypnerotomachia Poliphili (« Combat d’Amour en Songe » ou « Songe de Poliphile ») se présente d’abord au lecteur… - qui se trouve alors dans la situation même de Poliphile avant qu’il ne s’endorme au pied de l’arbre : il tente d’avancer mais bute sur des racines ; les ronces l’agrippent et déchirent ses habits. Il est terrifié. Puis le sommeil le reprend et quand il se réveille, le locus horribilis est devenu un locus amoenus, une clairière dégagée d’où l’on aperçoit des architectures magnifiques. Poliphile a franchi les premiers obstacles. Son initiation peut commencer. Etape par étape. - Et pour...
Lire la suite »

Sommaire du dossier sur « Le Réveil de Poliphile »

13 février 2009
Par Annie Mavrakis

Le réveil de Poliphile (d’après le Songe de Poliphile) Par Annie Mavrakis et Olivier Dupuy Ouverture à deux voix Le Réveil de Poliphile (texte de la pièce) Oser rêver Le Songe de Poliphile et nous Enigmes
Lire la suite »

Ouvrage paru

Annie Mavrakis, La Figure du monde. Pour une histoire commune de la littérature et de la peinture. L'Harmattan, 2008, 303 p.

Cherchez dans ce blog