Judith et Salomé, une gémellité paradoxale

13 février 2009
Par Annie Mavrakis
Judith et Salomé, une gémellité paradoxale

  J U D I T H   O U   S A L O M E ?  Le dessin ci-dessous, réalisé à ma demande par Kostas Mavrakis pour la couverture de ma thèse de doctorat soutenue en juin 1991 à Paris I, joue sur l’indécidabilité résultant du transfert des motifs liés aux deux sujets depuis le Quattrocento. En partant des innombrables confusions répertoriées et analysées dans la thèse, nous nous sommes amusés à concevoir cette image hybride. Nue et portant une épée, accompagnée de sa servante munie d’un sac pour transporter la tête coupée d’Holopherne : c’est Judith. Recevant celle de Saint-Jean Baptiste sur un plat dans le cadre d’une prison : c’est Salomé. On pourra cependant noter que si les échanges de motifs sont constants,...
Lire la suite »

Ouvrage paru

Annie Mavrakis, La Figure du monde. Pour une histoire commune de la littérature et de la peinture. L'Harmattan, 2008, 303 p.

Cherchez dans ce blog