Judith et Salomé, une gémellité paradoxale

13 février 2009
By Annie Mavrakis

 

J U D I T H   O U   S A L O M E

Le dessin ci-dessous, réalisé à ma demande par Kostas Mavrakis pour la couverture de ma thèse de doctorat soutenue en juin 1991 à Paris I, joue sur l’indécidabilité résultant du transfert des motifs liés aux deux sujets depuis le Quattrocento. En partant des innombrables confusions répertoriées et analysées dans la thèse, nous nous sommes amusés à concevoir cette image hybride. Nue et portant une épée, accompagnée de sa servante munie d’un sac pour transporter la tête coupée d’Holopherne : c’est Judith. Recevant celle de Saint-Jean Baptiste sur un plat dans le cadre d’une prison : c’est Salomé.

On pourra cependant noter que si les échanges de motifs sont constants, ils sont cependant hiérarchisés. Ainsi, s’agissant du dessin de Kostas, l’interprète devrait y reconnaître une Salomé et non une Judith. Car le motif de la prison (que l’on reconnaît sur le dessin) est le seul qui soit incompatible avec l’histoire de la justicière de Béthulie.

Judith ou Salomé?
Dessin de Kostas Mavrakis pour la couverture de la thèse (« Judith et Salomé, une géméllité paradoxale », 1991)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

LA FIGURE DU MONDE

    4e de couverture
Le sort de la peinture importe depuis toujours aux écrivains, qui n’ont jamais interrompu leur dialogue avec les tableaux. L’oeuvre des plus grands d’entre eux, de Diderot, de Balzac, de Zola ou de Proust, en témoigne parmi d’autres.
Mais depuis le XIXe siècle ce dialogue est devenu problématique car la fiction et la représentation, qui définissaient pour la littérature et la peinture un espace d’échange et de partage, ont été progressivement évacuées des arts plastiques...

En savoir plus

Commander chez l'éditeur