Francis Bacon à Rome

15 février 2010
By Annie Mavrakis

                                                                                                                                                                                                                  Le Caravage, Madone des Palefreniers (1605)       Bacon, Etude de nu avec figure dans un miroir 

Après l’exposition de la Tate Gallery en 2009, qui a donné lieu à la publication d’un passionnant catalogue, on pouvait voir des toiles de Bacon à la Galleria Borghese jusqu’au 24 janvier 2010. Il s’agissait comme on sait de célébrer dignement le centenaire de la naissance de l’artiste. Mais autant la rétrospective de Londres s’imposait, autant le parallèle Bacon / Caravage proposé par la conservatrice du musée romain Anna Coliva, coutumière, paraît-il des rapprochements acrobatiques destinés à faire valoir les collections permanentes du musée, semble vraiment tiré par les cheveux. Car au-delà des ressemblances de surface telle que peut les résumer un magazine grand public italien (deux peintres « radicalement anticonformistes », peignant le « cri de la vie, de la chair, de la mort, du mystère et du mysticisme » selon Philippe Daverio), on reste un peu perplexe. Les rationalisations proposées ici et là, par exemple dans une page du supplément du Monde de novembre 2009 par Jérôme Fronty citant Ernest Pignon-Ernest nous laissent sur notre faim. Le rôle du « corps » par exemple, c’est vague. La référence à des sujets religieux « hantés par l’idée de la faute et de la rédemption » aussi. Tout se passe comme si on voulait justifier après coup le choix de Coliva.  Quelque chose surgira du rapprochement inédit des oeuvres dans un même espace.  Il ne se passe rien de tel, hélas. De toute évidence les commissaires de l’exposition (parmi lesquels Michael Peppiatt, pourtant) ont trop fait confiance à une intuition (ou une coïncidence de dates, l’un est né en 1909, l’autre mort en 1610) qui ne les a pas menés bien loin. Ils y ont si peu cru d’ailleurs que les textes du catalogue traitent séparément les deux peintres et que les salles Caravage / Bacon sont éparpillés dans le musée et si mal fléchées qu’on peut facilement rater la salle du 1er étage où trônent pourtant La Madone des Palefreniers et La madone des Pèlerins. On les revoit avec délices, bien mis en valeur sous les hauts plafonds. On est très content de redécouvrir en passant L’Amour sacré l’amour profane du Titien et les sublimes sculptures du Bernin. Mais le Triptyque inspiré de l’Orestie d’Eschyle et d’autres toiles aimées de Bacon font dans ce contexte figure d’intrus. Une chose est certaine, ce n’était pas le but. Au contraire. Mais au mieux, dans ces salles censées les rapprocher, Caravage et Bacon s’ignorent (à suivre).    

Tags: , , , , , , ,

2 Responses to Francis Bacon à Rome

  1. gayet on 22 août 2012 at 14 h 37 min

    bonjour,
    comment se procurer ce catalogue s’il vous plait?
    merci d’avance

  2. Annie Mavrakis on 23 août 2012 at 14 h 52 min

    Je l’ai acheté à Rome après ma visite de l’expo. J’imagine qu’il est en vente par correspondance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

LA FIGURE DU MONDE

    4e de couverture
Le sort de la peinture importe depuis toujours aux écrivains, qui n’ont jamais interrompu leur dialogue avec les tableaux. L’oeuvre des plus grands d’entre eux, de Diderot, de Balzac, de Zola ou de Proust, en témoigne parmi d’autres.
Mais depuis le XIXe siècle ce dialogue est devenu problématique car la fiction et la représentation, qui définissaient pour la littérature et la peinture un espace d’échange et de partage, ont été progressivement évacuées des arts plastiques...

En savoir plus

Commander chez l'éditeur